Amélie Bertrand

  • Imprimer

5 MINUTES DE CONVERSATION

Avec Amélie Bertrand, nous avons parlé de peinture, de dessin à l’aérographe, de stations de bus en Russie et même aperçu le Sacré-Cœur de Montmartre!

Amélie Bertrand peint des paysages artificiels qui ne donnent aucun indice, aucun repère auquel nous pouvons nous rattacher. Elle propose une approche purement morphologique de l’espace. En privilégiant dans ses décors, les surfaces et les textures, tels que le carrelage, le bois aggloméré, ou encore le grillage, elle vient tromper notre perception de la profondeur.⁣⁣
⁣⁣Son père, graphiste et maquettiste, l’ayant initiée très tôt aux logiciels de retouche numérique, Amélie Bertrand élabore d’abord ces architectures sur le logiciel Photoshop à partir de photographies de son environnement quotidien et d’images récoltées sur Internet. Les motifs sont ensuite exécutés sur une toile après projection ou à l’aide de calques, de pochoirs ou de scotch en suivant le principe du « masking tape ».⁣⁣
⁣Ce travail, long et minutieux, donne naissance à des univers rêvés ou fantasmés, saturés de couleurs et où planent toujours « l’ombre du faux ».⁣⁣ ⁣⁣
« Je n'entreprends jamais de créer des espaces réels, uniquement des espaces peints » - Amélie Bertrand⁣⁣

 


Amélie Bertrand nous partage également trois photos de son atelier situé dans la cité « Montmartre aux artistes » dans le 18ème arrondissement de Paris. On y retrouve son travail en cours : la toile que l’on aperçoit dans l’entretien vidéo ainsi que des dessins réalisés à l’aérographe.

Amélie Bertrand